Le matérialisme dans la société  l Adamant lab

Le matérialisme dans la société l Adamant lab

On dit souvent que le problème avec les sociétés modernes est qu’elles sont beaucoup trop «matérialistes»

Ce n’est pas tout à fait juste. Nous sommes en effet matérialistes, mais pas principalement parce que nous achetons beaucoup; plutôt parce que nous nourrissons une immense confiance dans le pouvoir de tout ce que nous achetons pour avoir un impact décisif sur notre état d’esprit. Nous ne sommes pas tant avides qu’extrêmement optimistes.

luxe, marketing, marketing de luxe, sociologie, voiture, mercedes

Enfaite, l’impact qu’a le marketing sur la commercialisation des produits, fait pencher la société vers ce courant.

La conviction que des ambitions psychologiques pourraient être accomplies par la possession d’un objet est la caractéristique distinctive et poignante de notre époque.

Celle-ci est distribuée et maintenue par la mondialisation via les groupes de références ou les groupes de paires à une micro échelle

Une évolution de notre comportement ?

Pas tout à fait, je pense que sommes un peu comme les peuples Bakongo ou Songye du bassin du Congo, qui s’appuient sur ce que les anthropologues appellent des objets fétiches, de petites figures en bois (souvent échangées pour des sommes très élevées) qui sont considérées être en mesure de superviser les interventions majeures dans la vie quotidienne: trier les relations troublées, aider les adolescents dans leur cheminement vers l’âge adulte, remonter le moral des abattus ou dissoudre les tensions familiales.

sociologie, statut, momie, ancêtres

Comme eux, nous espérons également que nos objets fétiches réussiront à transformer des éléments complexes et insaisissables de notre fonctionnement interne: un sac pourrait mettre fin à l’anxiété, une voiture de luxe pourrait aider à retrouver une vie amoureuse, un joli costume pourrait développer notre intelligence, autant d’absurdités qui pourtant s’implantent parfaitement dans la matrice dans laquelle nous vivons

Faut-il être contre le matérialisme ?

Je ne pense pas qu’être contre est une bonne chose, vu qu’il participe à atteindre une bonne vie et facilite notre quotidien, bien entendu dans sa version purement rationnelle.

Le bon matérialisme est le fruit de la recherche d’une place authentique et équilibrée pour les objets matériels dans le contexte global d’une bonne vie. Cela ne signifie pas non plus s’opposer, comme certains le font, que toutes les choses matérielles doivent être superflues et un intérêt pour elles donc dérisoire et suspect.

Mais cela ne signifie pas non plus d’imaginer que les choses matérielles doivent avoir un pouvoir quasi magique pour atténuer les dilemmes psychologiques.

Un bon matérialisme suggère que les choses matérielles peuvent contribuer, mais ne doivent jamais remplacer, le travail psychologique ardu inévitablement requis pour atteindre l’accomplissement, la connexion, le but et la tranquillité d’esprit.

D’où les travaux d’Abraham Maslow qui n’ont jamais été publié sur le 6ème palier de la pyramide, la transcendance !

Maslow était convaincu que des aspects matériels ne pouvait pas être inclus dans la transcendances mais peuvent participer à son accomplissement, exemple du fondateur de Microsoft William Henry Gates III et de son ami Warren Buffett qui grâce à leur fortune (matériel) peuvent accomplir des actions à l’échelle mondiale pour sauver le climats et rechercher des solutions contre des fléaux présents dans notre monde comme le malaria , le sida et autres

bill gates, maslow, abrahm maslow, business, sociologie, warren buffet

Laisser un commentaire